John Galliano

     When are you coming back Mr Galliano?  

     Dimanche à eu lieu le premier défilé de la maison John Galliano, sous la direction artistique de Bill Gaytten qui assistait le Maître dans son travail des années précédentes... Rappelez-vous, en mars dernier, pour la présentation de sa collection automne hiver 2010-2011, Galliano était absent, ceci étant dû à son lynchage (médiatique). Cependant pour rendre hommage à sa dernière collection et à son talent, le défilé, en péril, fut sauvé et présenté dans un hôtel particulier de l'Avenue Foche. Cette fois-ci c'est donc une collection de prêt-à-porter John Galliano, sans John Galliano... 
     
      Sunday occurred the first fashion show of the John Galliano house, under the designer Bill Gaytten that assisted the Master in his work the previous years... 
Remember, last March, for the presentation of his fall winter 2010-2011 collection, Galliano was awol, this caused by the (media) lynching. However to give, his collection and his talent, the merit it deserves, the show in jeopardy, were saved and presented in a mansion house of the Foche Avenue. This time it's thus a John Galliano ready-to-wear collection, without John Galliano... 
      Bon, maintenant parlons chiffons... Cette collection est selon moi une réussite, dans la mesure où l'héritage du créateur est conservé, la splendeur est encore là, mais plus raisonnable. Finalement c'est la dernière robe, véritable chef d'oeuvre qui rappel le faste des défilés de John Galliano. Les principaux ingrédients sont toujours là: sensualité, romantisme, style, caractère, fluidité des robes, transparence, la précision des pièces tailleur, et, ici, l'influence des années 20 qui nous renvoît au goût de Galliano pour les grandes figures cinématographiques et historiques du 20ème siècle, à l'instar de Marlene Dietrich pour la collection dernière, ou de ses inspirations (passées) chez Dior. 
     Cette fois-ci c'est l'actrice Mary Pickford et le personnage de Mary Popins qui inspirent Bill Gaytten, ce qui donne lieu à des tailleurs aux manches et aux épaules arrondies très british nanny... (voir le détail ci-dessous), d'ailleurs ça nous rappel certaines vestes Fendi vu la semaine dernière, c'est donc une silhouette à méditer... On retrouve des tenues en noir et blanc, le jeux du masculin-féminin entre autre avec les chaussures... et quelles chaussures, dans la tendance des derbys bicolores à talons, très Jazzy! Sinon une dominante de blanc et de noir, de bleus et de jaunes pastels pour des silhouettes féminines. 
    Du bon boulot ! 


     Well, now let's talk frocks... I feel that this collection is a success, as the designer heritage is preserved, the dazzlement is still here, but a little more reasonable. Finally it's the last dress, real master piece, that remind us of the glory of Galliano's shows. The main ingredients are still present: sensuality, romanticism, style, character, dresse's fluidity, transparence, the precision of the tailoring, and, here, the twenties influence that bring us back to Galliano's taste for iconic movie and historical legends of the twenties, such as Marlene Dietrich for the previous collection, or his (past) inspirations at Dior. 
     This time it's actress Mary Pickford and the Mary Popins figure that inspire Bill Gaytten, which brings us the rounded sleeves and shoulders very british nanny... (see detail below), for that matter it reminds us the jacket seen at Fendi's last week, thus it's a shape to keep in mind... We also find black and white outfits, the masculine-feminine game among other the shoes... and what shoes, in the high heels bicolor derby trend, so Jazzy! otherwise we get a majority of black and white, pastel bleu and yellow for feminine silhouettes. 
     A job well-done !


pictures style.com

No comments:

Post a Comment